Discussion:
Bravo Joffrin !
(trop ancien pour répondre)
Yanick Toutain
2008-11-29 21:06:25 UTC
Permalink
Raw Message
http://monsyte.blogspot.com/2008/11/bravo-joffrin.html
Bravo Joffrin !

Par Yanick Toutain
29/11/08 09:57

Le crétin raciste se rebiffe à bon droit.
Il prend la défense énergique de son journaliste -Vittorio de
Filippis, ex-directeur de publication - interpellé comme un malandrin
par une juge qui pète une durite.
A 6 h 40 du matin.
Menottes dans le dos !
Il donne (sur la radio) le nom de cette juge déséquilibrée "Muriel
Josié" : il a raison !
Il assaisonne de commentaires méprisants cette imbécile : "Elle envoie
la maréchaussée au petit matin", "Par le caprice d'un juge", il a
raison !
"Attitude humiliante et scandaleuse", il a raison !
Il lui rappelle son code de procédure pénale : "peu d'instruction...
encore moins de jugeote" : il a raison !
Si nous gardons la mémoire concernant Joffrin, le larbin du
capitalisme qui croit que "juif" serait une race, si nous conservons,
une fois la révolution arrivée, toutes voies de recours (y compris
rétroactives) pour lui faire ravaler ses âneries racistes, pour ce qui
concerne la plainte déposée par un capitaliste - qui plus est, un
capitaliste débouté deux fois de ses plaintes - FREE, au nom mal
choisi - il a cent pour cent fois raison !!!.
Pour que cette dame, au service de la criminelle classe capitaliste,
au service de cette classe qui a détruit la Terre, en arrive à
infliger au responsable d'un site Internet les humiliations médiévales
que cette police proto-fasciste se croit obligée de considérer être
l'ordinaire du Reich mondial auquel aspire l'oligarchie, il y a deux
solutions : ou bien son attitude déséquilibrée relève de la nécessité
urgente d'un congé maladie - congé que nous dissuaderons les officines
patronales d'interrompre sous aucun prétexte -, ou bien son
déséquilibre relève de pressions protofascistes d'un parquet
sarkozyste n'ayant pas encore compris le syndrome Ceausescu dont ils
seront bientôt infligés !
Cette dame Josié est vice-présidente du Tribunal de grande instance de
Paris.
Mais où se croit arriver ce personnel judiciaire ?
Ils obéissent à un parquet dirigé par un corrompu notoire ! Ils
prennent leurs ordres auprès d'une marionnette - Nicolas Sarkozy -
marionnette manipulée par Vincent Bolloré dans le but d'assurer un
niveau d'exploitation rentable : des salaires de 50 euros par mois
dans ses plantations esclavagistes, au Cameroun, à Kienké, comme
ailleurs en Afrique.
Un des rares honnêtes hommes de cette profession, le juge Bernard
Borrel, a été assassiné par des gens dont les protecteurs
appartiennent à cette profession elle-même !
Des juges, impunément, ont osé donner des conseils aux assassins.
Ont-ils reçu des ordres de Rachida Dati pour agir ainsi ?
Si la classe formoise ne cherche pas la vérité, ce sera la révolution
qui le fera.
La révolution cherchera la vérité partout ! Elle cherchera la vérité
des cadeaux faits au trafiquant de drogues dures, frère de Rachida
Dati.
La révolution cherchera la vérité concernant la façon dont les
commerçants des poisons qui tuent la jeunesse ont des protecteurs
parmi les juges.
Il y a des juges pourris dans ce pays ! Des procureurs pourris jusqu'à
la moelle !
Cette dame qui ose revenir aux lettres de cachets, qui a le vice
suffisant pour infliger à un journaliste des explorations anales,
aurait grand besoin de profiter de la construction d'une science
psychologique efficace.
Elle aurait, certes, à se plaindre de l'état déplorable dans lequel
les charlatans freudiens ont laissé la science psychologique.
Mais rassurons-la : il reste suffisamment de l'héritage de notre
maître Wilhelm Reich pour que nous puissions, en parfaite connaissance
de cause, lui indiquer d'où vient la pathologie qui consiste à vouloir
faire des explorations anales policières réitérées à un journaliste en
voie d'être inculpé pour diffamation : la cause en est clarifiée par
Wilhelm Reich grâce à ses travaux sur "La fonction de l'orgasme", sur
"La révolution sexuelle", sur "L'analyse caractérielle", et surtout
son extraordinaire "Psychologie de masse du fascisme" !
La cause de cette volonté exploratoire matinale, c'est un problème
sexuel !!
Elle pourra donc envisager de prendre à bras le corps ce qui a pu
l'inciter à exiger de pareilles explorations anales de bon matin !
UNE MISE EN EXAMEN ANALE ?
Nous pourrions, dans d'autres circonstances lui pardonner son geste,
mais la mise en examen qu'elle a prononcé avait, il y a encore peu de
temps, le sens d'inculpation.
La confusion qu'elle semble - par un coup de surchauffe cérébral -
avoir opéré entre le terme "inculpation" et l'expression "mise en
examen" a trop de similitudes avec les caméras que veut placer partout
la protectrice du général Poncet - Michèle Alliot-Marie - pour que
nous puissions passer l'éponge aussi facilement !
Cette violence policière a trop de similitudes avec des brutalités
qu'aurait opéré la police fasciste dont nous aurions subi les
conséquences si Le Pen était arrivé au pouvoir pour que nous puissions
se contenter d'un simple constat.
Cela pourrait être drôle si une police proto-fasciste n'avait pas mis
des menottes - dans le dos !!! - à Vittorio de Philippi.
Qui plus est, en présence de ses propres enfants !!!
Je fus victime d'un groupe de protofascistes de ce genre, il y a une
dizaine d'années : menottes dans le dos pour avoir pris la file de
gauche d'un boulevard afin de bifurquer, au feu vert, vers la gauche :
"Vous zigzaguiez", prétendait l'imbécile crétin, l'imbécile menteur !"
Menottes serrées dans le dos. A mes protestations sur la légalité de
leurs actes, sur la façon dont les bracelets étaient scandaleusement
serrés, le plus jeune des crétins en uniforme de policier de la
cinquième section répondit : "La loi, c'est nous qui la faisons !"
Il résumait, par-là, le niveau d'infiltration fasciste de l'Etat
bourgeois.
La libération du frère de Rachida Dati, les protections des assassins
du juge Borrel par des juges dégénérés sont, au même titre que les
brutalités policières organisées par cette juge stupide et fatiguée
sont, eux aussi, les signes qui indiquent le niveau d'infiltration
fasciste de l'Etat bourgeois.
Cette dame croit que c'est elle "qui fait la loi".
Cette dame croit qu'un corrompu notoire, tel que Sarkozy, lui aurait
conféré une grâce jurisprudentielle, qui lui permettrait, selon son
bon vouloir, selon les idées diverses et variées, qui lui passent par
la tête, selon les résultats des surmenages qui la guettent quand elle
croit voir l'exercice d'une intelligence brillante et extraordinaire,
de faire ce que bon lui semble : rédiger des lettres de cachet !
Elle aurait raison si ses comparses proto-fasciste avaient réussi à
approfondir leur pouvoir.
Mais la bourgeoisie craint ce qui se prépare.
Lorsque le procureur - supérieur des crétins de la cinquième section
policière - osa me transmettre un faux en écriture publique, ces
imbéciles crurent que le vent tournait définitivement en faveur de
l'arbitraire, ils crurent avoir le vent - fasciste - en poupe.
Mas cet imbécile de procureur avait oublié un petit détail : des
dizaines de copies circulent sur Internet décrivant l'étendue de leur
comportement proto-fasciste.
Ils ne pourront jamais plus effacer cela !
Et la révolution n'aura qu'à recueillir ces dizaines de petits
cailloux pour trouver le chemin de la répression anti-fasciste.
Car, seuls les imbéciles ne peuvent le comprendre, la révolution est
inéluctable, ainsi que sa victoire.
Elle est inéluctable car seul le bolchevisme libéral que sera
l'égalitarisme permettra de faire cesser la destruction actuelle de la
Terre.
Les imbéciles de la cinquième section, une fois arrivés au
commissariat reprirent leurs esprits et effacèrent toutes traces des
événements.
"Leur loi" proto-fasciste avait perdu ses moyens !
Mais rien ne sera oublié !
Rien !
Je mets, régulièrement, une petite piqûre de rappel sur le crime que
commit ce procureur (crime sans prescription possible car faux en
écritures publiques !!!).
Et ces imbéciles ne peuvent rien faire !
Ils ont déshonoré le nom de la juge Monique Paillette, ce procureur a
eut le culot de vouloir, par un courrier signé PCC, faire porter le
chapeau à quelqu'un d'autre.
Mais rien ne sera oublié !
Ces imbéciles n'ont toujours pas compris le pouvoir d'Internet !
Ils n'ont toujours pas compris qu'il s'agit d'un journal, mais un
journal que chacun pourra, en tant que journaliste libre, rédiger,
mais un journal dont les archives sont en permanence accessibles.
Mais un journal qui deviendra l'aune de réputation de chacun.
Même les stalino-capitalistes, bourreaux de la Chine l'ont compris !
Mais cette dame, elle n'a rien compris.
Elle n'a pas encore compris que ses petits enfants, ses petits-neveux,
arrière-petits-neveux, arrière arrière-petits-enfants se gausseront de
ses délires dans trente ans.
Ils se gausseront en se passant le mot comme se passent le mot les
jeunes apprentis juristes se gaussant des arrêts de c. cass. les plus
scandaleux, les plus scabreux !
Elle n'a pas compris que chacun de ses actes sera soumis au jugement
de la totalité de sa famille à venir, et cela pendant plus de quatre
générations !
Cette dame est aussi stupide que le furent les plaignantes Combret et
Hervieu : en nous accusant de mentir, ces dames ont définitivement
perdu leur honneur !
Et cela avant même que la révolution victorieuse ne leur aura supprimé
leurs droits civiques et interdit toute approche d'enfants.
En mettant Vittorio de Philippi en examen, cette dame vient de se
casser elle-même, définitivement !
Rien ne sera oublié !
Rien !
Lorsque le collègue de cette dame surmenée - procureur du Havre - eut
l'indécence scandaleuse de convoquer Julie Amadis et moi-même suite à
la plainte en diffamation déposée par une brute directrice d'école
maternelle -Véronique Combret - et sa protectrice principale de
collège Carole Hervieu, il se contenta d'un petit papier déposé dans
une boîte aux lettres.
Si le motif n'y figurait pas, pour autant, il n'y eu ni menottes ni
aucune autre humiliation.
Le policier gradé fut d'une courtoisie inconnue des primitifs de la
cinquième section "qui font la loi eux-mêmes".
Il put même comprendre le cadre dans lequel le combat contre les
violences criminelles exercées par l'une des plaignantes contre les
petits de maternelle s'inscrivait dans un combat pour le renversement
définitif de la classe capitaliste et de toutes les classes
exploiteuses, dans le but de sauver la planète tout en protégeant les
enfants et en leur assurant un avenir d'innovants.
Il n'y a rien d'étonnant à ce que ceux qui se trouvent près des égouts
du sarkozysme puissent être ouverts à comprendre une lueur d'avenir
possible.
On n'en dira pas autant des procureurs, inspecteurs et recteur
d'Académie qui se comportèrent en protecteurs des criminelles brutes
qui usent de violence contre des petits de moins de sept ans.
Ce n'est pas en crime ? Pas encore ?
Que nenni ! La révolution rendra rétroactive la loi punissant les
coups contre les petits enfants ne sachant pas lire, contre les petits
de moins de sept ans.
Et la Combret et ses complices, procureur, inspecteurs, et Recteur
seront jugés pour ces crimes et les complicités.
L'Histoire en témoignera !
Sans un De Gaulle pour interrompre les procédures ! Sans un De Gaulle
pour freiner l'épuration de l'Etat fasciste !
Laurent Joffrin a raison !
Qu'il tente d'utiliser le droit de la bourgeoisie pour faire cesser le
scandale ! Mais quoi qu'il advienne, cette dame aura, de toute façon,
des comptes à rendre à la révolution elle-même.
Ces gens ne semblent pas comprendre qu'il leur fallut un De Gaulle
pour "égarer" les partisans de l'épuration "dans les maquis de
l'administration" - ainsi qu'il s'en vanta dans ses mémoires
concernant les collabos fascisants de Toulouse qu'il voulut blanchir.
La révolution ne blanchira personne, et surtout pas cette dame.
L'épuration sera impitoyable : il n'y aura aucun pardon pour les
imbéciles !
La révolution lui prêtera le livre qui me fut volé, en mai 1977, par
la sécurité militaire, au 34° RG, à Épernay, la révolution lui prêtera
l'ouvrage "La fonction de l'orgasme".
Elle comprendra pourquoi, et par quelle méthode, je me moquais en
1977, des gradés sous-officiers, rigidifiés par leur cuirasse
musculaire, leur cuirasse caractérielle.
Il serait temps qu'elle guérisse sa propre cuirasse caractérielle et
qu'elle foute la paix au journaliste Philippi.
Quant au désaccord que les égalitaristes ont avec son patron Joffrin,
il ne reviendra pas à cette dame ni à aucun rigidifié proto-fasciste
de se mêler de ce qui ne le regarde pas.
Heureusement, l'an dernier, à Bordeaux, les jeunes magistrats de
l'école idoine eurent le bon goût de relever l'honneur du droit et la
tradition de notre chère Antigone : quand une dame, à la cuirasse
caractérielle défectueuse, en vient à des mises en examen
scatologiques, eux, eurent l'intelligence constructive de choisir
comme nom de leur promotion le nom du juge Borrel.
Tout n'est pas perdu !
La révolution mettra bon ordre à tout cela !!!

====
PS (22h00)
maître Eolas assimile une mise en examen anale à une PERQUISITION !
Libellés : Laurent Joffrin, Libération, Muriel Josié, Vittorio de
Filippis, Yanick Toutain
MaisonBorniol
2008-11-30 08:48:21 UTC
Permalink
Raw Message
On 29 nov, 22:06, Yanick Toutain <***@gmail.com> wrote:


Joffrin commence tout juste à comprendre la dérive du mec qu'il a
soutenu pendant l'election prezidentiel.

Joffrin en sus d'etre completement idiot et un lache, un traitre.
Bref, une saloperie d'ordure.
Clavier
2008-11-30 10:45:26 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Yanick Toutain
Lorsque le collègue de cette dame surmenée - procureur du Havre - eut
l'indécence scandaleuse de convoquer Julie Amadis et moi-même
Eh bien voilà ....!
tout s'explique
tu as une dent contre la justice
je me disais aussi ....

Loading...