Discussion:
[marine à voile] Durée traversées à voiles au XIXème siècle
(trop ancien pour répondre)
Laurent Kloetzer
2005-09-16 11:35:59 UTC
Permalink
Bonjour,
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)

Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.

En vous remerciant d'avance,

Laurent K
@rr@i@l
2005-09-16 10:01:53 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
Bonjour,
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des
bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
En vous remerciant d'avance,
Laurent K
Deux années sur le gaillard d'avant

Richard DANA
Jean-François Moyen
2005-09-16 10:09:34 UTC
Permalink
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer pour
la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un navire
marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde, de Londres à
Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Relis Jules Verne... :-) Blague à part, il est assez documenté et sait
en général de quoi il parle quand il est question de bateaux.
Ou
même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des bateaux de
l'époque (au vent et contre le vent?)
Je pense qu'un bon voilier (clipper de la fin du siècle) pouvait
atteindre des maxis "instantanés" de 15 à 20 noeuds (ce qui est énorme
!). Evidemment, il s'agit de maximums instantanés, pas de moyenne sur
une traversée; et il s'agit des meilleurs bateaux de l'époque dans les
meilleures conditions possibles.

De mémoire, il me semble que les clippers toujours, quand ils faisaient
la route du thé, ralliaient Londres depuis l'Inde en autour de deux
mois, à des moyennes de 8-10 noeuds.

(demande "clipper speed record" à google, je viens d'esayer il y a
plein de choses que je n'ai pas pris le temps de dépouiller. En
particulier http://www.torresen.com/therace/part5.htm).

Evidemment, il s'agit là des records de vitesses des meilleurs bateaux
de l'époque; pour des valeurs plus réalistes, le lien ci dessus indique
que Cook en 1771 naviguait à une vitesse moyenne de 3.5 noeuds (6
noeuds les meilleurs jours, 2.5 les moins bons). Je pense que dans
l'absolu son bateau allait un peu plus vite, pouvant peut être
atteindre 8-10 noeuds au portant ... mais pas sur 24 h, ce n'est donc
pas un chiffre utilisable pour une moyenne. Ca se traduit, d'après la
page en question, en 100 jours de Londres à Capetown (ce qui,
incidemment, montre à quel point les clippers étaient des voiliers
exceptionnels !).

JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
Francois M.
2005-09-16 10:21:43 UTC
Permalink
Je pense qu'un bon voilier (clipper de la fin du siècle) pouvait atteindre
des maxis "instantanés" de 15 à 20 noeuds (ce qui est énorme !).
Oui, et même plus. (rappel : combien de temps a tenu le record de
l'Atlantique de Charlie Barr ? ;-))
Mais sa question mentionnait explicitement la premiére moitié du XIXe, et
les progrés ont été conséquents entre les deux.
Je tablerais donc plutôt pour un 12 kn. (à la louche), et une moyenne de 5
ou 6 kn.

F.
Jean-François Moyen
2005-09-16 11:05:10 UTC
Permalink
Je tablerais donc plutôt pour un 12 kn. (à la louche), et une moyenne de 5 ou
6 kn.
Au portant. Quand il faut tirer des bords, apparement on parle plus de
moyennes de 2-3 kn, voire pire.

12 kn en vitesse instantanée, ca me semble en effet le maximum absolu
pour le début du XIXe, pour un bateau rapide; j'ai un vague souvenir de
frégates de la fin du XVIIIe reconstruites récemment, atteignant 14 kn
dans des conditions optimales (vent moyen, régulier, au largue...).
Pour un 3-ponts ou un cargo, des maximums de 6-8 kn (et donc des
moyennes inférieures à 3-4 sur une longue traversée) me semblent le
maximum réaliste...

Et, par curiosité, on peut savoir pourquoi tu te poses ces questions ?

JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
Francois M.
2005-09-16 11:16:53 UTC
Permalink
Post by Jean-François Moyen
Et, par curiosité, on peut savoir pourquoi tu te poses ces questions ?
Euh, c'est pas moi qui ait posé la question ... innocent, je suis ;-))

F.
Jean-François Moyen
2005-09-16 11:18:56 UTC
Permalink
Post by Francois M.
Euh, c'est pas moi qui ait posé la question ... innocent, je suis ;-))
Oops, mes confuses. Pas fait attention.

JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
Gérard Cojot
2005-09-16 10:46:07 UTC
Permalink
Post by Jean-François Moyen
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer pour
la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un navire
marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde, de Londres à
Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Relis Jules Verne... :-) Blague à part, il est assez documenté et sait
en général de quoi il parle quand il est question de bateaux.
Ou
même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des bateaux de
l'époque (au vent et contre le vent?)
Je pense qu'un bon voilier (clipper de la fin du siècle) pouvait
atteindre des maxis "instantanés" de 15 à 20 noeuds (ce qui est énorme
!). Evidemment, il s'agit de maximums instantanés, pas de moyenne sur
une traversée; et il s'agit des meilleurs bateaux de l'époque dans les
meilleures conditions possibles.
De mémoire, il me semble que les clippers toujours, quand ils faisaient
la route du thé, ralliaient Londres depuis l'Inde en autour de deux
mois, à des moyennes de 8-10 noeuds.
(demande "clipper speed record" à google, je viens d'esayer il y a
plein de choses que je n'ai pas pris le temps de dépouiller. En
particulier http://www.torresen.com/therace/part5.htm).
Evidemment, il s'agit là des records de vitesses des meilleurs bateaux
de l'époque; pour des valeurs plus réalistes, le lien ci dessus indique
que Cook en 1771 naviguait à une vitesse moyenne de 3.5 noeuds (6
noeuds les meilleurs jours, 2.5 les moins bons). Je pense que dans
l'absolu son bateau allait un peu plus vite, pouvant peut être
atteindre 8-10 noeuds au portant ... mais pas sur 24 h, ce n'est donc
pas un chiffre utilisable pour une moyenne. Ca se traduit, d'après la
page en question, en 100 jours de Londres à Capetown (ce qui,
incidemment, montre à quel point les clippers étaient des voiliers
exceptionnels !).
JF
Sur mon site, livre de bord d'un cap-hornier.
Un tour du monde Dieppe à Dieppe par Nouméa en 10 mois en 1910.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.wanadoo.fr/gerard.cojot/
Charles Attends
2005-09-16 19:00:11 UTC
Permalink
Post by Jean-François Moyen
Relis Jules Verne... :-) Blague à part, il est assez documenté et sait
en général de quoi il parle quand il est question de bateaux.
Pour sur il en a du reste possede plusieurs, des petits yachts en fait.

Dans le domaine je recommande de cet auteur (accessibles gratos de
differentes sources www avec les illustrations a partir des editions
Hetzel):

1. Un capitaine de quinze ans.

2. Les enfants du Capitaine Grant.

Mais maintenant les momes ne lisent plus ca, non?

Enfin si ma fille 12 ans vient de se taper "Le tour du monde en 80 jours".

Elle a bien aime dit elle, mais a la verite c'etait un devoir de vacances.
Une liste de bouquins a lire durant lesdites vacances.

Tiens il y a beaucoup de passages nautiques dans ce livre avec des
indications precises sur la vitesse, mais plutot des vapeurs que des
voiliers. ;-(
p***@hotmail.com
2005-09-16 23:01:20 UTC
Permalink
Post by Charles Attends
Post by Jean-François Moyen
Relis Jules Verne... :-) Blague à part, il est assez documenté et sait
en général de quoi il parle quand il est question de bateaux.
Pour sur il en a du reste possede plusieurs, des petits yachts en fait.
Dans le domaine je recommande de cet auteur (accessibles gratos de
differentes sources www avec les illustrations a partir des editions
1. Un capitaine de quinze ans.
2. Les enfants du Capitaine Grant.
3- Le chancellor
mais c'est un voyage qui se termine mal , sur un radeau !
Post by Charles Attends
Mais maintenant les momes ne lisent plus ca, non?
Enfin si ma fille 12 ans vient de se taper "Le tour du monde en 80 jours".
Elle a bien aime dit elle, mais a la verite c'etait un devoir de vacances.
Une liste de bouquins a lire durant lesdites vacances.
Tiens il y a beaucoup de passages nautiques dans ce livre avec des
indications precises sur la vitesse, mais plutot des vapeurs que des
voiliers. ;-(
p***@hotmail.com
2005-09-16 22:37:29 UTC
Permalink
les navires suivants sont plus representatifs :
http://en.wikipedia.org/wiki/Barque
http://www.gottschfamily.net/barque.html
Epona
2005-09-16 10:18:02 UTC
Permalink
Je dirais que ça se compte en semaines, mais c'est naturellement très
variable en fonction de la saison. Surtout le voyage de retour est beaucoup
plus long car le sens des alizées fait qu'à l'aller on a vent arrière alors
qu'au retour il faut tirer des bords.
Epona
Francois M.
2005-09-16 10:25:48 UTC
Permalink
Post by Epona
Je dirais que ça se compte en semaines, mais c'est naturellement très
variable en fonction de la saison. Surtout le voyage de retour est
beaucoup plus long car le sens des alizées fait qu'à l'aller on a vent
arrière alors qu'au retour il faut tirer des bords.
Sauf que :

- ce n'est valable que pour la traversée de l'atlantique, pas pour la route
des Indes (dans ce cas, l'alizée est dans l'autre sens).
- pour un départ de Londres, aller chercher la route des alizées, c'est
descendre trés trés bas (pour les espagnols, le probléme est différent).

F.
Epona
2005-09-16 11:29:17 UTC
Permalink
Post by Francois M.
des Indes (dans ce cas, l'alizée est dans l'autre sens).
- pour un départ de Londres, aller chercher la route des alizées, c'est
descendre trés trés bas (pour les espagnols, le probléme est différent).
J'avais bêtement pensé aux Indes occidentales, mais c'est vrai que
s'agissant des anglais il fallait comprendre les Indes orientales.
Epona.
Laurent Kloetzer
2005-09-16 13:43:18 UTC
Permalink
Merci beaucoup pour ces éléments de réponse.
Le site sur les records de vitesse des clippers est très intéressant...
et la comparaison avec les voyages de Cook également.

Savez-vous à quelle date ont été construits les premiers clippers?

Merci encore pour les réponses,

Laurent K
Jean-François Moyen
2005-09-16 15:52:14 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
Savez-vous à quelle date ont été construits les premiers clippers?
Plutôt vers la fin du XIXe, à partir des années 50-60, leur âge d'or
étant, je crois, 1890-1910 (eh oui ! A l'époque ou la voile était déjà
en voie de disparition, à cause de la vapeur !)

JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
p***@hotmail.com
2005-09-16 22:26:44 UTC
Permalink
Post by Jean-François Moyen
Post by Laurent Kloetzer
Savez-vous à quelle date ont été construits les premiers clippers?
Plutôt vers la fin du XIXe, à partir des années 50-60, leur âge d'or
étant, je crois, 1890-1910 (eh oui ! A l'époque ou la voile était déjà
en voie de disparition, à cause de la vapeur !)
Même à cette épqoue la " mobilité terrestre " commence à
l'emporter sur la " mobilité maritime " .
C'est la base de la théorie géopolitqiue de MacKinder !

" mobilis in mobile "
Post by Jean-François Moyen
JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
p***@hotmail.com
2005-09-16 22:26:47 UTC
Permalink
Post by Jean-François Moyen
Post by Laurent Kloetzer
Savez-vous à quelle date ont été construits les premiers clippers?
Plutôt vers la fin du XIXe, à partir des années 50-60, leur âge d'or
étant, je crois, 1890-1910 (eh oui ! A l'époque ou la voile était déjà
en voie de disparition, à cause de la vapeur !)
Même à cette épqoue la " mobilité terrestre " commence à
l'emporter sur la " mobilité maritime " .
C'est la base de la théorie géopolitqiue de MacKinder !

" mobilis in mobile "
Post by Jean-François Moyen
JF
--
J.-F. Moyen
http://moyen.free.fr
Attention adresse anti-spam
ZUlu
2005-09-16 16:49:05 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
Merci beaucoup pour ces éléments de réponse.
Le site sur les records de vitesse des clippers est très intéressant...
et la comparaison avec les voyages de Cook également.
Savez-vous à quelle date ont été construits les premiers clippers?
L'épopée des clippers

La East India utilise pour convoyer ses marchandises de gros bateaux
lents et majestueux, les East Indiamen, qui effectuent le trajet
Canton/Londres en plus de six mois. Les Américains, investissant le
commerce mondial à la suite de leur indépendance, développent un nouveau
type de bateaux spécialement adaptés au transport du thé, les clippers
(leur forme effilée coupe littéralement l'eau). Ces voiliers, construits
pour la vitesse, ont l'avantage d'effectuer la traversée en 90 jours
environ, ce qui leur permet de devancer de beaucoup les autres navires à
Londres, donc de vendre leur cargaison beaucoup plus cher.

Les Anglais réagissent en construisant leurs propres clippers, ce qui
donne lieu aux fameuses courses du thé. La découverte de l'or
californien en détourne les Américains, mais les courses se poursuivent
entre Anglais. Elles deviennent l'événement sportif de l'époque,
soulevant un grand enthousiasme, attirant des foules et des paris.

L'ère des clippers prend fin brusquement en 1869 avec l'ouverture du
canal de Suez. Les bateaux à vapeur, les steamers, peuvent charger de
plus grosses cargaisons et les mener à une vitesse constante, ce à quoi
les bateaux à voile ne pouvaient prétendre. Les clippers finissent leur
carrière dans le transport de cargaisons de laine en Australie.

http://pages.infinit.net/aaricia/tea/clipper.htm


Un clipper mythique , le Cutty Sark

Le Cutty Sark est un navire à voile britannique qui servit au commerce
du thé de Chine et de la laine néo-zélandaise avec le Royaume-Uni.

Histoire
Le Cutty Sark est l'un des derniers Clippers à avoir été construit, en
1869, à Dumbarton en écosse, par la société Scott & Lindon, sur des
plans de Hercules Linton (Cutty Sark siginifie "chemise courte" en
écossais). Il est le dernier specimen de cette génération de navires a
être resté en bon état de conservation.

Les clippers étaient des voiliers de taille modeste mais très rapides
(vitesse de plus de 9 nœuds) et manœuvrables, construits au milieu du
XIXe siècle. Il s'agit en fait de la dernière génération de voiliers
marchands que l'on ait conçu, équipés de structures métalliques
résistantes et bénéficiant de toutes les évolutions technologiques de
l'époque. Quand ils n'étaient pas utilisés pour le piratage, leur faible
tonnage les destinait au transport de denrées couteuses, comme les
épices ou le thé.

L'approvisionnement en thé était un challenge important, et faisait
l'objet d'un concours annuel pour qui ramènerait en premier à Londres le
thé nouvellement récolté en Chine (the Tea race). Le Cutty Sark fut
lancé sur les flots le 23 novembre 1869, commandé par le capitaine John
Willis. Il fut engagé pendant deux saisons dans cette compétition, mais
n'obtint que des résultats médiocres, en perdant son gouvernail lors de
son affrontement avec le Thermopylae en 1872, qui arriva à destination
une semaine avant lui. Le Cutty Sark termina le voyage en 122 jours.

Plus tard, il fut également utilisé pour le commerce de la laine en
provenance d'Australie, réussissant à effectuer la traversée en 67
jours. On crédite également le Cutty Sark d'un record pour un navire de
sa taille : avoir parcouru en 24 h une distance de 360 milles nautiques.

Comme tous les autres clippers, il finit par succomber devant la
concurrence des navires à vapeur. Bien que plus lents que les voiliers,
ceux-ci bénéficiaient d'une régularité qui les prémunissait contre les
aléas météorologiques. Ils pouvaient également emprunter le canal de
Suez, nouvellement construit, et s'avérèrent finalement plus rentables
et fiables.

Le Cutty Sark fut vendu par Willis à une société portugaise en 1895 et
connut plusieurs avatars et modifications avant qu'en 1922, le capitaine
Wilfred Dowman lui redonne son apparence initiale et l'utilise comme
navire école.

Après la fin de service
Depuis 1954, le Cutty Sark est installé en cale sèche sur un quai de
Greenwich dans la banlieue de Londres, dans le quartier classé au
patrimoine mondial par l'UNESCO. Il est le premier monument visible des
touristes, qu'ils viennent par la Tamise ou par le Docklands Light
Railway (station Cutty Sark). Le navire les introduit dans le quartier
classé de Maritime Greenwich auquel fait partie le Musée maritime national.

Caractéristiques

* Tonnage: 921 tonnes
* Longueur de coque : 64,8 m
* Largeur : 11 m
* Profondeur : 6,4 m

http://july.fixedreference.org/fr/20040727/wikipedia/Cutty_Sark

Des détails
http://perso.wanadoo.fr/yves.noel1/cuttysark/cutty_sark02.htm

Des photos
http://www.cuttysark.org.uk/gallery.html
Charles Attends
2005-09-16 13:47:43 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
Reponse partielle.

Entre les annees 1850-1860, l'age d'or des clippers americains,
New York / San Francisco par le Cap Horn en 90-100 jours.
Mais il s'agit la de records.

Ces clippers etaient menes tres durement et etaient bon pour la casse au
bout de quelques voyages AR.
Beaucoup furent abandonnes dans la Baie de SF.

Time-Life a publie toute une belle serie sur les bateaux dans les annees
1980.
Beaucoup de ces volumes etaient consacres aux voiliers, aux voyages
d'exploration et de decouverte, et aux navires de commerce.

On doit les trouver d'occaz ou chez les bouquinistes.
julien vancraenbroeck
2005-09-16 16:36:16 UTC
Permalink
Post by Charles Attends
Post by Laurent Kloetzer
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
Reponse partielle.
Entre les annees 1850-1860, l'age d'or des clippers americains,
New York / San Francisco par le Cap Horn en 90-100 jours.
Mais il s'agit la de records.
Ces clippers etaient menes tres durement et etaient bon pour la casse au
bout de quelques voyages AR.
Beaucoup furent abandonnes dans la Baie de SF.
=========================================
Au risque de dire sans doute une bêtise, j'ai appris par hasard que les
clippers furent finalement affectés au transport de charbon durant la 1ère
guerre mondiale.
Sur quel parcours ? Australie- Londres(ou vice-versa?)
Cordialement.
Julien
Post by Charles Attends
Time-Life a publie toute une belle serie sur les bateaux dans les annees
1980.
Beaucoup de ces volumes etaient consacres aux voiliers, aux voyages
d'exploration et de decouverte, et aux navires de commerce.
On doit les trouver d'occaz ou chez les bouquinistes.
p***@hotmail.com
2005-09-16 21:57:18 UTC
Permalink
Effectivement , la marine a voile a contribué à ravitailler
l'Angleterre pendant la Pgm !
L'un des avantages de la marine à voile , par rapport aux cargos
fonctionnant au charbon ( et non pas transportant ! ) , était que
malgrés la hauteur des mats , les navires à voiles étaient moins
facilemment repérables que les cargos au chrabon et leur panache de
fumée ( Ils brulaient du poussier , tandis que la houille de bonnne
qualité etait reservé aux navires de guerre ) .
La nuit , les voiles blanches se voyaient moins bien que l' " étandart
rouge " ( flammes ) des cheminées .
Sa grande utilisation etait aussi la pêche et une grande partie des
activités navales allemandes consistait à attaquer des bateaux de
pêche au large de Dunkerque par exemple .
La marine à voile a été aussi grandement mise à contribution dans
les activités de déminage et dans celui de ......bateaux-piéges !
L'un des premiers documents filmés montrant une attaque à la torpille
( en fait compte tenu de la cible , cela se faisait au canon le +
souvent ) est celui d'un 3 mats .
Pour votre question , je penserais plutôt à des produits " coloniaux
" : caoutchouc d'Asie du sud - est , minerais ( tungsténe , nickel )
et .....pétrole ( dans des barriques ) .

Vous aurez une assez bonne idée des denrées transportées ( salpetre
, mais , ..... ) , des routes en lisant , sinon les memoires , du
moins la biographie de Felix Von Luckner qui a écumé , entre autres ,
les mers australes !
http://en.wikipedia.org/wiki/Felix_von_Luckner

Il y a quelques années j'ai travaillé pour une Sté Allemande , Macor
Neptun , specialisée à l'origine dans les panneaux de cales pliants .
http://www.macor-neptun.fr/
http://perso.wanadoo.fr/macor.neptun.fr/historiquee.html
Ma " déformation " m'a amené à regarder les archives de la maison
Mére , Mac Gregor , pour voir que les modernisations de navires à
voiles avec des panneaux en acier representait encore prés du 1:3 du
ca en ........1925 !
p***@hotmail.com
2005-09-16 22:48:30 UTC
Permalink
Post by julien vancraenbroeck
Post by Charles Attends
Post by Laurent Kloetzer
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
Reponse partielle.
Entre les annees 1850-1860, l'age d'or des clippers americains,
New York / San Francisco par le Cap Horn en 90-100 jours.
Mais il s'agit la de records.
Ces clippers etaient menes tres durement et etaient bon pour la casse au
bout de quelques voyages AR.
Beaucoup furent abandonnes dans la Baie de SF.
=========================================
Au risque de dire sans doute une bêtise, j'ai appris par hasard que les
clippers
Mmmmmm Des doutes !
Un "collier" plutôt !
Activité de cabotage et sur la ligne Douvres -Dunkerque ( les mines de
charbons Françaises etaient occupées ) !
Peut être sur la ligne Indochine -France via Suez !


furent finalement affectés au transport de charbon durant la 1ère
Post by julien vancraenbroeck
guerre mondiale.
Sur quel parcours ? Australie- Londres(ou vice-versa?)
Cordialement.
Julien
Post by Charles Attends
Time-Life a publie toute une belle serie sur les bateaux dans les annees
1980.
Beaucoup de ces volumes etaient consacres aux voiliers, aux voyages
d'exploration et de decouverte, et aux navires de commerce.
On doit les trouver d'occaz ou chez les bouquinistes.
p***@hotmail.com
2005-09-16 22:39:23 UTC
Permalink
Un exemple :
http://www.geocities.com/mppraetorius/
Didier Cuidet
2005-09-17 04:01:18 UTC
Permalink
Le Fri, 16 Sep 2005 11:35:59 GMT, dans fr.soc.histoire.moderne, "Laurent
Post by Laurent Kloetzer
Bonjour,
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
En vous remerciant d'avance,
Il existe un ouvrage en plusieurs volumes de R. Salles sur la poste
maritime française, qui concerne essentiellement le XIXe siècle (siècle
qui, par parenthèse, n'appartient pas à la période couverte par
l'histoire moderne : 1450 -> 1800).

Salles, R. La poste maritime française, nine volumes, (reprint): Tome I
- Les Entrées Maritimes depuis 1760 et les Bateaux à Vapeur depuis 1833,
First published 1961, reprinted 1992; Tome II - Les Paquebots de la
Méditerrannée de 1837 à 1939, First published 1962, reprinted 1992; Tome
III - Les Paquebots de l'Atlantique Sud, (Brazil, the River Plate and
the West Coast of Africa), First published 1963, reprinted 1992; Tome IV
- Les Paquebots de l'Atlantique Nord, (The West Indies, Central America,
the West Coast of South America and United States of America), First
published 1964, reprinted 1992; Tome V - Les Paquebots de l'Extrême
Orient, (Saigon, Hong Kong, Shanghai, Yokohama and Kobe), First
published 1966, reprinted 1993; Tome VI - Les Paquebots de l'Océan
Indien, (Reunion, Mauritius, Australia, New Caledonia, Bombay,
Madagascar), First published 1968, reprinted 1993; Tome VII - Index
Alphabétique des Cachets Postaux et Marques Maritimes, (Index to the
first six volumes), First published 1969, reprinted 1993; Tome VIII -
Les Marques d'échange Franco-Britanniques 1843-1881 et les Marques
d'échange Françaises "F" 1858-1875, First published 1972, reprinted
1993; Tome IX - Les Agences Postales Consulaires Françaises en Amérique
et aux Antilles de 1860 à 1881, First published 1975, reprinted 1993.

Il comporte les tableaux de marche des navires qui transportaient du
courrier.

Il est bien entendu épuisé depuis longtemps, à rechercher en
bibliothèque (peut-être au Musée de la Poste, 34 bd de Vaugirard à
Paris) ou en vente d'occasion.

La citation d'une page web ci-dessus indique qu'il a été réimprimé dans
les années 1990. Voir chez un marchand de timbres.
--
DC
Charles Attends
2005-09-17 15:37:03 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un
navire marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde,
de Londres à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de
référence? Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la
vitesse des bateaux de l'époque (au vent et contre le vent?).
Vaste programme!

Le Musee de la Marine a Paris a une librairie pleine de livres et revues
interessantes.
Il y a une association des amis de ce musee qui donne peut etre acces a la
bibliotheque du musee.

Il y a en France, ailleurs en Europe et aux US, beaucoup de musees consacres
au moins en partie a la question.

Par ailleurs l'excellente revue "Le Chasse Maree" (que je ne saurais trop
recommander) publiee depuis environ 25 ans a souvent des articles (en fait
chaque numero) sur les voiliers grands ou petits, leurs performances etc.

Leur catalogue de livres sur la question:

http://www.chasse-maree.com/cgi-bin/chasse-maree.storefront/FR

La premiere moitie du XIXeme est la periode quasiment finale de l'evolution
des grands voiliers de commerce.
Il y aura bien un peu plus tard les clippers mais leur interet economique
etait faible et leurs performances souvent exagerees, mais voila, ils
etaient tres beaux et par la meme frappaient et frappent toujours les
imaginations.

La guerre de Secession aux US a porte un coup tres grave a la marine a voile
americaine: les clippers precisemment mais aussi les baleiniers.

Les grands voiliers (trans-oceaniques) ont subsiste pour le transport des
materiaux tels que minerais, laine, coton, charbon (!), cereales, bois etc.
pour lesquels le calendrier n'etait pas trop critique et pour lesquels ils
avaient sur les vapeurs de gros avantages.

Pas de besoin de combustible a bord, donc trajets avec sans ou peu d'escales
(souvent du point de depart a l'arrivee, parfois la moitie du tour du monde)
, davantage de place a bord, equipages reduits etc. Les coques etaient
souvent metalliques ce qui simplifiait aussi les choses.

Les derniers grands voiliers francais ramenaient des nitrates du Chili, du
bois de l'Oregon, du nickel de Nelle Caledonie etc.

Le plus grand d'entre eux, le France II a coule au large de la Nelle
Caledonie, il etait tres perfectionne et en raison de son gigantisme
possedait (comme d'autres du reste) plusieurs moteurs a vapeur pour tirer
sur les cables lors des maneuvres et aider au chargement (les "mules" =
donkey engines).

La premiere guerre mondiale et la crise des annees 30 ont porte un coup
mortel a ces magnifiques navires.

Voir aussi les passionnants livres (tres bien illustres) de Jean Randier
(Hommes et Navires au Cap Horn, Hachette 1966 par ex.) qui doivent se
trouver en bibliotheque ou d'occaz.
Charles Attends
2005-09-17 19:02:44 UTC
Permalink
Post by Charles Attends
Les grands voiliers (trans-oceaniques) ont subsiste pour le transport des
materiaux tels que minerais, laine, coton, charbon (!), cereales, bois etc.
pour lesquels le calendrier n'etait pas trop critique et pour lesquels ils
avaient sur les vapeurs de gros avantages.
Donc aussi la vitesse et les risques qui lui sont inherents.

Les denrees non-perissables quoi.

Parmi les denrees pourtant fort perissables mais qu'il etait avantageux de
transporter le plus economiquement possible on peut ajouter les emigrants
europeens a destination essentiellement de l'Amerique du N et du S, de
l'Australie et de la Nouvelle Zelande.

Pas vraiment style croisieres telles que nous les envisageons pour les
pauvres passagers!
Post by Charles Attends
Pas de besoin de combustible a bord, donc trajets avec sans ou peu d'escales
(souvent du point de depart a l'arrivee, parfois la moitie du tour du
monde),
Post by Charles Attends
davantage de place a bord, equipages reduits etc. Les coques etaient
souvent metalliques ce qui simplifiait aussi les choses.
Le fait que l'on savait enfin comment prevenir le scorbut (*), la
connaissance des vents, les premiers balbutiements de la meteo serieuse, de
meilleures cartes et releves hydrographiques, des navires solides etc.
rendaient ces longs voyages relativement surs, si surs que les capitaines
emmenaient parfois avec eux leur famille, epouse et enfants, c'est tout
dire!

N'empeche que pour les armateurs etre sans nouvelles de leur rafiot durant
des mois ca devait etre stressant, pour ne rien dire des familles du
personnel embarque!

(*) Dumont d'Urville a eu des cas de scorbut dans son equipage vers les
anees 1830, alors que Cook se vantait de n'en avoir eu aucun 50 ans
auparavant! C'est dire combien les choses parfois evidentes (a posteriori)
mettent du temps a etre mises en pratique!
Jean-Marc Becker
2005-09-17 21:04:43 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un navire
marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde, de Londres
à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des bateaux
de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
Une arrière grand mère à moi a fait dans les années 1860 la traversée de
l'Atlantique pour aller, selon une vieille tradition familiale, passer une
année chez des cousins de Nouvelle Angleterre. La tradition rapporte que ce
fut une des derniers bateaux passagers tout voile, et que la traversée
durait typiquement trois semaines.

JMB
France Apprill
2005-09-18 03:51:25 UTC
Permalink
Post by Laurent Kloetzer
Bonjour,
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un navire
marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde, de Londres
à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des bateaux
de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
Bonjour,

quelques indications sur cette page :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_bleu
et ici
http://www.museedelaposte.fr/Presse/documents/paquebots.pdf

pour découvrir d'autres époques
http://www.colba.net/~piermon/TraverseeAncetres1660.htm
http://www.caphorniers.cl/esprit.htm
http://www.capitainedepeche.com/Grand%20Metier.htm
http://nileg.free.fr/doc/ppe3.htm
--
France A.
Laurent Kloetzer
2005-09-19 10:38:37 UTC
Permalink
Merci à tous pour tous ces liens et indications, j'ai maintenant une
bonne idée de ce que je voulais savoir.
Et je suis de nouveau impressionné de voir tout ce qu'on peut apprendre
en posant une question sur un NG!

Amicalement,

Laurent K.
Liliana Robert
2005-09-23 07:01:25 UTC
Permalink
Bonjour,

À VOILE NATURELLEMENT.

De Londres à Gaspé: de 25 à 50 jours pour les navires marchands (packet
ship), et environ 8 à 15 jours de moins pour les courriers. Pour New York,
ajouter 7 à 10 jours.
Post by Laurent Kloetzer
Bonjour,
je suis à la recherche d'indications sur les durées des voyages en mer
pour la première moitié du XIXème siècle.
Je cherche à savoir combien de temps (approximativement) mettait un navire
marchand pour aller de Londres en Amérique, de Londres en Inde, de Londres
à Nantes, etc...
Connaissez-vous un site ou un livre qui pourrait me servir de référence?
Ou même, à défaut, auriez vous des indications sur la vitesse des bateaux
de l'époque (au vent et contre le vent?)
Je sais que la question est assez vague et générale, mais je n'ai pas
besoin d'indications très précises, juste d'ordres d'idées.
En vous remerciant d'avance,
Laurent K
Continuer la lecture sur narkive:
Loading...